• Ma triste nuit

    Sa vie se passe comme s'il pleuvait sans cesse des larmes de deuils, larmes de douleur, larmes de cœur. Elle y trace une ligne où "everything happen", "everything can be", "everything dies". Elle n'a pas de lampe de chevet pour tracer cela à la craie. Elle connaît par cœur le visage de sa mort, elle vient de la croiser. Elle ne voit que le feu la cendre et se brûle de jouer la vivante. Elle est un imposture un visage passé, effacé, décousu. Mais soudain quelque chose s'affole et se rebelle en elle.

    Tout se passe comme s'il en pleuvait et elle se refuse à vivre sans capuche. Elle essuie ses cheveux et ses cils dégoulinant d'eaux. Elle n'était qu'une onde, une flaque éphémère qui attendait que le soleil l'assèche une dernière fois et pourtant... Pourtant quelque chose s'est levée. Un zéphyr semble balayer l'onde et ride l'eau qui la compose. Elle est stupéfaite, ne comprend pas. Qu'est ce qui frappe ainsi à la peau de son être ? Elle se referme et semble pourtant entendre l'appel de plus en plus fort. Il est en elle, elle est indécise. Mortel ennui qui semble exploser brutalement face à ce simple toc toc à peine appuyé par la pulpe d'un doigt.

    Tout se passe comme s'il en pleuvait et sa course, sa fuite semble s'être soudain stoppée nette. Elle est droite, le corps tendu vers l'avant, un pied qui va se poser vers son but qu'elle a oublié. Elle s'allonge, se délie et sens la douleur que ces fers infligent à ses poignets. Elle fait claquer sa langue dans sa bouche et le son revient dans ces oreilles. Alors elle lâche et la voilà qui parle, qui chuchote et puis tout s'accélère, elle parle de plus en plus vite, de plus en plus fort. Et soudain, elle hurle, son être est tendu, elle crie comme si ces cordes vocales allait s'arracher sous le souffle de sa voix. Elle hurle et pourtant sa gorge ne lui fait pas mal. Elle sent son ventre qui se tord pour expulser toujours plus d'air. Elle gonfle ses poumons d'air frais et expulse l'eau d'elle en un grand cri.

    Tout se passe comme s'il en pleuvait mais elle est complètement sèche. Quelque chose l'a tiré de là et elle sait qu'elle lui a prit la main et qu'elle lui fera croire en l'avenir. Si elle y arrive, elle se portera jusqu'au matin et se prouvera qu'il existe des lendemains...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :